AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'arrivée : 01/05/2018
Messages : 212

Loyauté : 555
Célébrité : Àstrid Bergès-Frisbey
Multi-comptes : Irime Skoden
Crédits : © DandelionQueen

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 ans
Mon métier : Ingénieure informatique, chef de projet chez SYS-Dat // Soldate du clan Pagliarelli
Côté coeur : Se faire poser un lapin devant l'autel, ça refroidit. Pourtant, elle semble ne pas avoir retenu la leçon en se rapprochant de l'héritier Dalmonte...

Mon image :
Cosima Strelitzia
« Membre du clan Pagliarelli »
Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Dim 17 Juin - 12:36 - #

Une roue
qui tourne
L'anniversaire de l'enterrement de ma mère n'était pas un jour que j'appréciais. Je fêtais en réalité celui de sa naissance malgré le fait qu'elle ne soit plus. Cette date restait pourtant triste, sombre et pleine de cette mélancolie et de ces remords. Une photo d'elle entre les mains, je n'étais pas restée chez moi mais sur ce banc dans ce parc isolé de tout et de tous. On y prêtait de sombres affaires, des deals et des rencontres anonymes. Le banc était situé dans un petit labyrinthe de haies, dans un carré offrant assez d'espace pour ce banc et une petite fontaine. J'y étais tranquille lorsqu'il me fallait un endroit où être seule sans que ce soit mon appartement. À l'appartement, les gens savaient m'y trouver, alors la paix n'était que superficielle. Mon téléphone en silencieux, on pouvait toujours tenter de me contacter que ça ne m'atteindrait pas.

Je n'avais même pas envoyé le moindre message à Leo. Si lui n'avait jamais pu me parler de sa défunte femme, je n'avais jamais abordé l'idée de ma mère et ce lien qui nous avait tant unies. Ce lien que j'avais négligé et perdu... Je ne voulais pas lui imposer ce deuil que je peinais toujours à faire.

Le seul aspect de ma vie que je ne pouvais pas négliger même en plein week-end, c'était le clan Pagliarelli. Je m'étais présentée un peu plus tôt dans la journée auprès de Dekian. Nous avions une mission à préparer en rapport avec le clan Brancaccio. Il fallait éviter les mésententes sur ce coup et le clan appelait à un back-up des Pagliarelli uniquement et uniquement si ça devait mal tourner. Un jeu de pouvoir et d'influence à exercer sur un municipal qui ne voulait pas se plier aux exigences de la Cosa Nostra. Brancaccio serait la solution diplomatique, Pagliarelli la définitive. Je fis le lien entre cette mission faite de concert et ce quiproquo chez Torelli. J'avais beau ne pas avoir la tête à ça, le visage du Petit Prince me sauta en pleine face. J'avais envie de le revoir. Comme une personne qui nous a fait bonne figure. Comme une connaissance nous ayant offert une compagnie agréable.

Non.

Il y avait plus. Une sorte de désir qui, bien qu'éloigné de sentiments inconvenants, me donnait l'impression que son contact me manquait. Qui était-il vraiment ? Quelle était sa place, son monde ? Qui se cachait derrière le mafioso ? Quel nom habillait ces doux traits ? J'avais envie de le savoir, mais également envie de ne jamais l'apprendre. Le laisser être un mystère et conserver cet attrait qu'il m'inspirait. Si ça n'avait rien à voir avec ce que je pouvais ressentir pour Leo, la force des sentiments que je pouvais avoir pour lui, je me sentais mal d'avoir ces pensées, cette attirance. Mais contrairement à Leo, le Petit Prince était du même côté de la barrière. Je pourrais lui dire tous mes secrets, mes craintes, mes aspirations, mes motivations, ça ne causera aucun préjudice. Il y aurait toujours la Cosa Nostra entre Leo et moi. Alors que pour le Petit Prince, la Cosa Nostra serait avec nous. Je secouais la tête. Ce n'était ni le lieu, ni le moment de penser à tout ça. Et encore plus déplacé d'évoquer l'idée d'un tel rapprochement entre le Petit Prince et moi. Je ne pensais pas être le genre de femme qui pourrait réellement l'intéresser. Pas assez sophistiquée, ni du même milieu social. Ce qui, avec Leo, n'avait jamais eu la moindre importance. Leo l'évidence... et le Petit Prince la facilité.

Pourtant, il n'était pas présent. Il n'y avait pas grand monde en même temps. Deux émissaires Brancaccio, Dekian et moi. La mise en place d'un dispositif pour éradiquer nos traces, rendre notre passage et celui des Brancaccio invisibles, ça demandait un peu de connaissances. Connaissances que je possédais. On entendait d'ici Salvatore se frotter les mains. Le meeting terminé, je déclinai l'offre de Dekian de me ramener chez moi. Reprenant mon vélo, j'avais filé jusqu'à ce parc. Ne faisant pas attention à si j'étais suivie ou non...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 03/06/2018
Messages : 104

Loyauté : 291
Célébrité : Jack Falahee.
Multi-comptes : //.
Crédits : (c) Kane.

Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 balais.
Mon métier : Capodeccina au sein des Brancaccio et architecte d'intérieur dans la vie de tous les jours.
Côté coeur : Célibataire endurcit.

Mon image :
Dante Di Annunzio
« Membre du clan Brancaccio »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Lun 18 Juin - 1:27 - #

Une roue qui tourne feat Cosima Strelitzia.
Le temps avait coulé sous les ponts depuis sa dernière rencontre avec la belle inconnue. Dante se sentait à nouveau vide comme si d'un seul coup la vie n'avait plus de sens. La Cosa Nostra était toute sa vie, il se donnait d'arrache pied pour réussir mais, Cosima avait frôlé les fondations de sa carapace et l'avait fait s'envoyer tel un château de cartes. Di Annunzio était frustré, il n'arrêtait pas de penser à elle dès qu'il en avait l'occasion. Le capodeccina espérait la rencontrer dans chaque croisement de ruelles, y compris sur les lieux qu'il fréquentait. L'ingénue était devenue une obsession à tel point qu'il avait fini par demander à Alessia d'enquêter sur elle avec les éléments que Leo lui avait donné, en cherchant à tout prix connaître les relations entre Dante et la jeune femme. Le mafioso avait de la concurrence et il ne comptait pas laisser gagner le consigliere. Après tout Dalmonte avait suffisamment à envier. Il détenait la meilleure place au sein du Brancaccio et cela au bout de sept mois, il ne risquait donc pas d'avoir également l'amour de la femme que Dante courtisait. Le mafioso était impatient. Il avait l'impression d'être un lion en cage. Il avait besoin de la revoir et ne pouvait attendre son amie d'enfance. Lors d'une conversation avec son paternel, il apprit qu'il y allait avoir une rencontre entre Brancaccio et Pagliarelli. Un infime espoir lui parcouru l'esprit. Il avait peu de chance pour que la jolie brune y soit. Cependant, il pensait qu'elle pourrait y être utile pour son talent en informatique. Dante avait déduit grâce à Léo que son petit chaton avait dû utiliser ses dons de hackeuse chez Torelli d'où le fait qu'elle avait souligné qu'elle ne l'avait pas tué. Di Annunzio junior n'était guère convié à l'entretien. Il y avait été écarté afin d'éviter toute tension entre le capodeccina et les Pagliarelli suite à la précédente mission. Le mafioso l'avait en travers de la gorge mais pour une fois il ne se souciait pas des enjeux. Seulement une seule personne l'intéressait. Dante attendait patiemment à l'intérieur d'une vieille voiture qu'il avait demandé à un Soldato de son équipe. Il ne souhaitait pas se faire remarquer avec une voiture tape à l'oeil dont il avait le secret. Les minutes défilèrent, c'est à ce moment-là qu'il aperçu la jeune femme arriver avec sur un vélo. Un sourire s'afficha sur ses lèvres. Il était même amusé de voir qu'un vélo lui correspondait parfaitement, elle n'était pas du genre à rouler dans de grosses voitures. Di Annunzio l'observa. Il ne pu s'empêcher de l'admirer et la désirer. Néanmoins, il se contenta d'être l'homme de l'ombre en attendant la fin de cette entrevue qui lui paru une éternité. Lorsqu'elle fut sortie, Dante la laissa prendre de la distance avant de la prendre en filature. Di Annunzio espérait qu'elle ne lui en tienne pas rigueur, c'était la seule manière pour la retrouver. La jeune femme le conduisit jusqu'à un parc qu'elle pénétra sans l'attendre. Le mafioso ouvrit le pare-soleil afin de se recoiffer en passant une main dans ses cheveux. Le capodeccina défit ensuite deux boutons de sa chemise et enleva sa cravate. Il inspira un peu d'air frais avant de sortir de la voiture et rejoindre à son tour le parc. Dante ne la trouva pas tout de suite, un gamin le bouscula en skate. Il allait ronchonner lorsqu'il aperçu Cosima assisse sur un banc, une photo à la main. Le jeune homme s'approcha d'un pas décidé dans sa direction et s'assit à ses côtés. Une nouvelle preuve était devant ses yeux : la photo de sa mère. Cependant, Dante ne la regarda aucunement, il était trop préoccupé à admirer le visage de Cosima. Cosima qui portait le même prénom que sa sœur. Une simple coïncidence dans la mesure où plusieurs personnes devaient porter ce même prénom.

« Te retrouver fut comme chercher une aiguille dans une meule de foin. La prochaine fois lorsque tu partiras du bal à minuit, n'oublie pas de perdre ton soulier de vair. »

Dante faisait référence au célèbre conte Cendrillon. Un des siens l'avait extirpé de ses bras. Il n'avait pas compris pourquoi et avait du mal à comprendre en une mission. Quoi qu'il en soit, Di Annunzio se trouvait à ses côtés et appréhendait sa réaction.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   

_________________

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• Cappodecina Di Annunzio •
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 01/05/2018
Messages : 212

Loyauté : 555
Célébrité : Àstrid Bergès-Frisbey
Multi-comptes : Irime Skoden
Crédits : © DandelionQueen

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 ans
Mon métier : Ingénieure informatique, chef de projet chez SYS-Dat // Soldate du clan Pagliarelli
Côté coeur : Se faire poser un lapin devant l'autel, ça refroidit. Pourtant, elle semble ne pas avoir retenu la leçon en se rapprochant de l'héritier Dalmonte...

Mon image :
Cosima Strelitzia
« Membre du clan Pagliarelli »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Lun 18 Juin - 13:04 - #

Une roue
qui tourne
Les yeux rivés sur la photo, je ne veillais ni mes arrières, ni mes avants. Me mordant les lèvres, je restais plongée dans mes pensées avant qu'une voix ne m'en extirpe dans un sursaut. Avant d'assimiler les paroles, je fus stupéfaite par la personne qui se trouvait alors à mes côtés. « Petit Prince... » Notai-je à haute voix plutôt qu'en pensée. Ce nom était le seul que je lui connaissais et bien que ce dernier dénotait avec ce qu'il devait être, je trouvais que ça lui allait plutôt bien. Fronçant les sourcils, je rangeai la photo dans mon sac en secouant la tête de droite à gauche. J'esquissai un sourire à la fois gêné et amusé. Si je n'étais pas d'humeur à jouer, sa présence m'était toutefois agréable. Il parvenait à créer une étincelle de lumière dans l'ombre qui m'entourait ce jour. « J'y penserai la prochaine fois, promis », répondis-je avec un sourire fébrile. « J'espérais être seule, mais devant tant d'efforts pour me retrouver, ce serait malpoli de ne pas t'inviter à t'asseoir, ajoutai-je en me ressaisissant comme je le pouvais. Pourquoi me cherchais-tu ? » Demandai-je en lui adressant un regard curieux et suspicieux.

À cet instant, il n'avait pas réellement besoin de raison pour que je le laisse être à mes côtés. Je le toisais du regard comme si je pouvais prétendre trouver en lui un soutien quelconque. C'était absurde... pourquoi lui ? Et pourquoi spécialement ce jour ? Je n'avais pas vraiment les idées en place. Cette commémoration silencieuse me rendait vulnérable. Je ne pouvais pas me permettre de l'être face à d'autres membres de la Cosa Nostra. Ni même face à Dekian. Alors j'œuvrais pour maintenir l'illusion. Je n'étais pas une de ces femmes fatales au charisme imposant. Non. J'étais simple aux aspirations simples et, par le passé, sans histoire.

_________________
far from what i was
looking for
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 03/06/2018
Messages : 104

Loyauté : 291
Célébrité : Jack Falahee.
Multi-comptes : //.
Crédits : (c) Kane.

Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 balais.
Mon métier : Capodeccina au sein des Brancaccio et architecte d'intérieur dans la vie de tous les jours.
Côté coeur : Célibataire endurcit.

Mon image :
Dante Di Annunzio
« Membre du clan Brancaccio »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mar 19 Juin - 12:38 - #

Une roue qui tourne feat Cosima Strelitzia.
Dante s'était assis à ses côtés. Il n'avait pas jeté un œil en direction de la photographie par simple respect pour la jeune femme. Pourtant, il aurait pu remarquer qu'il s'agissait de sa mère. Di Annunzio se rappelait d'elle. Il n'avait pas oublié ce visage qu'il aimait tant autrefois et qu'il détestait plus que tout à présent. Il lui arrivait de penser à elle dans des moments où il s'y attendait le moins. Comme par exemple passer devant un fleuriste. L'odeur des fleurs lui rappelaient les bouquets que sa mère et sa sœur faisaient lorsqu'ils allaient à la campagne dans leur maison familiale quand Lazare avait envie de s'isoler de Palerme. Ce genre de souvenirs lui faisait plus de mal que de bien. Le capodeccina avait la sensation de n'avoir jamais vécu cela si ce n'est dans un rêve car c'était trop beau pour être vrai. Une famille idéale, c'est au fond son plus grand rêve. La Cosa Nostra lui avait apporté cette similarité à défaut d'en avoir une réellement. C'est pourquoi il mettait un point d'honneur à ne pas décevoir qui que ce soit et honorer ses frères et ses sœurs d'armes du mieux possible. Un sourire traversa les lèvres de Dante lorsque Cosima l'appela Petit Prince. Il adorait ce nouveau surnom. Di Annunzio laissa la belle inconnue ranger la fameuse photo tandis qu'il était beaucoup trop occupé à l'admirer. La jolie brune s'amusa de sa remarque avant d'être plutôt morose dans sa façon de parler. Il voyait bien que quelque chose n'allait pas. Aussi étrange que cela puisse paraître, Dante avait de l'empathie à son égard.

« J'avais envie de te voir et pas forcément au sein de la Cosa Nostra. »

Murmura-t-il pour ne pas laisser entendre la possibilité à qui que ce soit d'écouter ce qu'il venait de dire. La discrétion était de mise. Dans tous les cas, il n'y avait personne près d'eux et aucune personne cachée derrière un buisson mais, il fallait être vigilant. Avoir la chance d'être dans cette organisation ne voulait pas dire se pavanner et s'en vanter. Dante avait envie de développer leur lien quel qu'il soit en dehors de la Cosa Nostra. Il avait envie de la découvrir puis de toute façon ce n'était pas son monde. Dante ne su pas quoi dire pour la réconforter. Il ne trouvait pas ses mots. C'était la première fois qu'il faisait ce genre de choses. Alessia aussi avait des bas, mais il savait qu'elle ne montrait rien comme lui. Ils avaient souffert à leur manière dans la vie. Le capodeccina n'avoua guère qu'elle lui avait manqué mais il n'en pensait pas moins. Cosima était devenue une obsession.

« Tu es bien aimable ! »


Dit-il dans l'espoir de la faire sourire un minimum en faisant un peu d'ironie. Dante reprit son sérieux, il décida de se lancer : « Et pourquoi vouloir être seule en ce jour ? Il fait beau et chaud, les affaires se portent bien et tu es en charmante compagnie. » Il lui adressa un sourire avant de regarder droit devant lui. Il demanda avec curiosité et une petite pointe de jalousie : « Ne me dis pas que c'est un homme qui est derrière cette petite mine triste ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• Cappodecina Di Annunzio •
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 01/05/2018
Messages : 212

Loyauté : 555
Célébrité : Àstrid Bergès-Frisbey
Multi-comptes : Irime Skoden
Crédits : © DandelionQueen

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 ans
Mon métier : Ingénieure informatique, chef de projet chez SYS-Dat // Soldate du clan Pagliarelli
Côté coeur : Se faire poser un lapin devant l'autel, ça refroidit. Pourtant, elle semble ne pas avoir retenu la leçon en se rapprochant de l'héritier Dalmonte...

Mon image :
Cosima Strelitzia
« Membre du clan Pagliarelli »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mar 19 Juin - 13:17 - #

Une roue
qui tourne
Loin de vouloir imposer au Petit Prince mes états d'âme, j'essayais de mettre cette mélancolie de côté. Sans grand succès. Plus silencieuse, moins expansive. Mais je n'en restais pas moins sensible à son humour. Sarcasmes et ironie se mêlaient à nos échanges de manière très amusante. Si quelques pics de susceptibilité étaient de mise, ça n'en restait pas moins divertissant. Mon grand cœur l'avait invité à se joindre à moi. Ça aurait été un mensonge de lui dire que je préférais être seule. Pourtant, ça aurait été la simple vérité si n'importe qui d'autre s'était présenté à moi ce jour... D'ailleurs, il parut s'en inquiéter. Ou peut-être cherchait-il uniquement à engager la conversation...

Petit Prince suggéra qu'un homme pouvait se cacher derrière cette sombre mine. Je souris, quelque peu gênée. « Non, j'aurais préféré, mais non ce n'est pas une histoire d'homme. » Si la date où mon mariage aurait dû se faire me filait parfois le cafard, c'était une toute autre ambiance que ce jour. J'y étais irritable, colérique, capricieuse et finissais en boule devant une série à dévorer de la glace. Enfin c'était le cas jusqu'à ce que Leo décide d'entrer dans ma vie... S'il m'avait fait souffrir, j'avais gardé la force de ne pas sombrer totalement dans la dépression affective. Il faut dire que la mafia avait de quoi m'occuper l'esprit pour éviter que ma vie personnelle ne m'affecte à ce point. Sauf quand il s'agissait de ma mère... « Aujourd'hui c'est l'anniversaire de ma mère. Ça fait quatre ans qu'elle ne souffle plus ses bougies », lui confiai-je avec un sourire peiné, m'étonnant moi-même de lui parler si ouvertement. « Nous étions très proches. Ma seule famille. Elle et moi contre le monde, lançai-je en souriant avec sincérité. Ce genre d'amour irremplaçable qui laisse un vide incommensurable dès qu'il s'en va... » Je secouai la tête de droite à gauche, ne voulant pas me perdre dans ces pensées accablantes. « Je me doute que rester dans mon coin un jour pareil paraît absurde. Mais je me vois mal imposer ça à qui que ce soit et je n'ai jamais rien trouvé qui parvienne à me changer les idées dans ces moments », ajoutai-je en portant mon regard au sien.

S'il n'y avait pas de bouton pause dans notre jeu, il n'y avait aucune règle empêchant les confidences. Nous étions en dehors du cadre de la Cosa Nostra. Il n'était pas le mafioso à qui j'avais volé la vedette sur une mission, ni celui qui faisait mine de travailler dans les réceptions mondaines de la famille. Je l'avais lui, en tant que personne, en tant qu'homme, de ceux que l'on peut croiser au détour d'une ruelle ou sur la terrasse d'un café. C'était une sensation étrange, de voir ainsi les masques s'empiler. Étrange de voir à quel point les choses pouvaient être si simples... Pas besoin de secret, ce sentiment de pouvoir lui dire tout ce qui me passait par la tête, lui avouer mes aspirations comme mes peurs... Ni Leo, ni Dekian, ni aucun collègue rencontré ne m'inspirait cette transparence dont je pouvais cependant aisément faire preuve face au Petit Prince. Était-ce parce que nous nous ignorions tout en apprenant à se connaître ? Un nom, un rang, ça n'avait aucune importance en fin de compte. Sans savoir ces détails qui pourtant devaient constituer son identité, j'avais envers lui une certaine confiance. Une proximité qui sonnait telle une évidence. Je ne détachais pas mes yeux des siens, y trouvant, même en silence, une sensation de réconfort.

_________________
far from what i was
looking for
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 03/06/2018
Messages : 104

Loyauté : 291
Célébrité : Jack Falahee.
Multi-comptes : //.
Crédits : (c) Kane.

Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 balais.
Mon métier : Capodeccina au sein des Brancaccio et architecte d'intérieur dans la vie de tous les jours.
Côté coeur : Célibataire endurcit.

Mon image :
Dante Di Annunzio
« Membre du clan Brancaccio »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mar 19 Juin - 20:15 - #

Une roue qui tourne feat Cosima Strelitzia.
« Tant mieux mieux pour moi dans ce cas. »

Admit-il en toute discrétion et tout en étant à la fois évident. Cosima lui plaisait énormément. Il espérait avoir une chance tôt ou tard avec la belle inconnue. Du moins jusqu'à ce qu'il découvre sa véritable identité. S'il se réjouissait de ne pas avoir un homme qui occupait les pensées de l'ingénue hormis Leo, il ne se réjouissait bien évidemment pas de ses peines. La voir sous un autre angle, lui donnait l'envie d'être plus protecteur avec elle, mais également une personne sur qui elle pourrait compter en cas de pépins. Dante reprit son sérieux et l'écouta attentivement. La Pagliarelli lui délivra des informations la concernant. Il apprit un peu plus sur son passé. Di Annunzio était touché par cette attention car, après tout elle le connaissait à peine et n'était pas obligé de se confier au premier venu qu'elle croisait.

« Je suis sincèrement désolé... »

Ce fut le cas. Il l'écouta également exprimer ce que l'informaticienne pouvait ressentir. Il comprenait que trop bien cette sensation. Il avait perdu un être cher également : sa sœur jumelle. Dante savait qu'elle était en vie, enfin il l'espérait mais, sa disparition dans sa vie équivaut à celui d'une mort. Il n'était pas sûr de la retrouver un jour. Il n'avait pas eu de nouvelles d'elle depuis vingt ans, cela ne commencerait pas aujourd'hui. Depuis ce jour, Dante se sentait vide comme si son cœur s'était arrêté de battre. Cosima avait réussi à le refaire partir. Le Brancaccio s'amusait d'ailleurs de cette coïncidence dans la mesure où sa belle inconnue portait le même prénom que sa sœur.

« Je comprends que trop bien. » Le jeune homme resta silencieux un instant. Il hésita à en parler. A vrai dire il ne parlait jamais de sa jumelle. Il en avait parlé une fois et très rapidement à Alessia. Son père quant à lui semblait être passé à autre chose. Ils n'en parlaient jamais entre eux. Dante ne s'était jamais risqué de peur d'attirer les foudres de son paternel. Di Annunzio vivait avec cette blessure enfouit au fond de lui. Une blessure qui saignait toujours encore. Le capodeccina baissa la tête un instant avant de se décider à en parler pour la première fois. C'était la moindre des choses, Cosima venait d'avouer un de ses secrets où du moins un événement de sa vie qu'elle n'avait jamais évoquée à un membre de la Cosa Nostra.

« J'ai moi aussi perdu quelqu'un....ma sœur jumelle... » Il avait du mal à en parler. Il continua dans sa lancée : « Nous avons dû nous séparer lorsque j'avais dix ans...elle ne doit pas être morte mais, je vis également avec le vide de son absence. » Il passa une main dans ses cheveux, il faisait tout le temps ça lorsqu'il était mal à l'aise dans une situation bien qu'il se contrôlait en mission. « Le plus dur sont mes anniversaires car, je sais que ce sont également les siens...je n'aime d'ailleurs pas les fêter lorsque je ne suis pas traîné de force pour les célébrer. Dans ces cas-là j'ai tendance à me mettre minable pour oublier. » Il eu un léger rire avant de reprendre son sérieux. « Je pense que tu as bien raison, c'est que c'est ton truc. Tu as besoin de ça pour faire le deuil, chacun à sa façon. Au fil des ans tu verras la douleur s'atténuera. On apprend à vivre avec. » Dante la regarda dans les yeux, il espérait être un minimum réconfortant. Doucement, il lui prit sa main sans pour autant la brusquer. Plus un geste pour lui prouver qu'à présent il était là pour elle.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   

_________________

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• Cappodecina Di Annunzio •
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 01/05/2018
Messages : 212

Loyauté : 555
Célébrité : Àstrid Bergès-Frisbey
Multi-comptes : Irime Skoden
Crédits : © DandelionQueen

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 ans
Mon métier : Ingénieure informatique, chef de projet chez SYS-Dat // Soldate du clan Pagliarelli
Côté coeur : Se faire poser un lapin devant l'autel, ça refroidit. Pourtant, elle semble ne pas avoir retenu la leçon en se rapprochant de l'héritier Dalmonte...

Mon image :
Cosima Strelitzia
« Membre du clan Pagliarelli »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mar 19 Juin - 23:26 - #

Une roue
qui tourne
Les mots du Petit Prince étaient aussi réconfortants que sa présence. Comme un soutien auquel je m'étais fermée en empêchant quiconque de de m'approcher dans ces moments. Une vulnérabilité qui n'était peut-être pas si mauvaise à laisser transparaître de temps à autres. A l'évoquer, je me sentais plus légère. Presque absurde... Mais je n'avais pas envie de me poser tant de questions. Avec lui, ça marchait. Je n'allais pas chercher plus loin.

De son attention naissait quelques silences, éloignés du rythme effréné que prenaient habituellement nos échanges. Ce qui était particulièrement adapté à la situation. Petit Prince en vint même à se montrer compatissant. J'aurais pu chercher à me méfier de lui, de ces attentions. Mais mon instinct me lui disait tout bonnement de lui faire confiance. Le laissant parler, il m'en apprit sur lui à me dire qu'il avait également perdu un être cher : sa sœur jumelle. Mon regard s'attrista quelque peu. Si je n'avais jamais connu d'amour fraternel, je me doutais que ce devait être quelque chose fort, au moins autant que ce que j'avais perdu à la mort de ma mère. Peut-être plus au vu d'un tel lien ; je ne prêtais pas trop de crédit aux légendes qui disaient que des jumeaux avaient une connexion plus forte que d'autres, elle avait l'air d'avoir une importance très forte à ses yeux. « J'espère que tu as raison. Car je n'ai pas l'impression que le temps changera quoi que ce soit à ce que je peux ressentir. Ce vide est si... intense... » Je voyais bien dans son regard une sincérité touchante qui me donnait envie de le croire. Or, je savais au fond que mon deuil ne se ferait pas tant que je n'aurais pas mis la main sur le commanditaire du meurtre de ma mère. Une chose qui était encore assez délicate à évoquer. Bien des ennuis pourraient venir à moi si jamais ça venait à se savoir.

Sa main réconfortante m'inculquait une chaleur certaine. Encourageante. « Je suis sûre que ce doit être dur pour elle aussi. Ne pas savoir... c'est certainement ce qu'il peut y avoir de pire », pensai-je à voix haute. Dans cet instant, son regard me paraissait doux et protecteur. Me surprit l'envie de me lover entre ses bras, mais je chassai cette idée saugrenue de mon esprit, posant ma deuxième main sur le dos de la sienne, laissant mon pouce caresser sa peau par intermittence. « J'ignore ce que ça pourrait donner, mais peut-être devrais-je essayer ta façon de faire pour cette année », annonçai-je avec un sourire en faisant allusion à son habitude de noyer l'absence dans l'alcool. C'était loin d'être digne d'une lady mais j'étais loin d'en être une après tout... sans être rustre, je n'en restais pas moins décalée ce qui, pour le coup, me permettait au moins de savoir m'adapter.

_________________
far from what i was
looking for
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 03/06/2018
Messages : 104

Loyauté : 291
Célébrité : Jack Falahee.
Multi-comptes : //.
Crédits : (c) Kane.

Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 balais.
Mon métier : Capodeccina au sein des Brancaccio et architecte d'intérieur dans la vie de tous les jours.
Côté coeur : Célibataire endurcit.

Mon image :
Dante Di Annunzio
« Membre du clan Brancaccio »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mer 20 Juin - 0:51 - #

Une roue qui tourne feat Cosima Strelitzia.
Dante était sincère auprès de Cosima. Il ne jouait en aucun cas la comédie. Avec elle, il ne se cachait pas et était lui-même. La jeune femme pouvait lire en lui comme un livre ouvert. Di Annunzio décida à son tour de se confier. Il ne le faisait pas pour faire pleurer dans les chaumières. Le mafioso voulait lui montrer qu'il comprenait ce qu'elle ressentait afin de la mettre en confiance et lui faire comprendre qu'il serait une oreille attentive et une épaule sur qui compter. Les deux jeunes gens apprenaient l'un de l'autre et à leur rythme sans se douter un seul instant de leurs identités respectives. Les jumeaux avaient une conversation des plus sérieuses comparé aux autres fois. Une conversation des plus intimes.

« Cette douleur ne s'effacera jamais, ce serait te mentir mais, tu apprendras à vivre avec. »

Dante n'avait pas réussi à faire partir sa douleur depuis vingt ans et ça ne changerait pas avec le temps. En revanche, il avait appris à vivre avec pour se permettre de vivre. Doucement, Di Annunzio lui prit la main pour se montrer réconfortant. Il souhaitait lui montrer qu'il était là pour elle.

« Peut-être... »

Le capodeccina se torturait l'esprit à chaque fois qu'il pensait à sa jumelle. Il n'arrêtait pas de se poser des questions comme : Est-ce que je vais la retrouver ? Est-elle heureuse là où elle est ? Est-elle en vie et en bonne santé ? Pense-t-elle à moi ? La liste était longue, beaucoup trop longue. Ce fut au tour de Cosima de poser sa main au-dessus de la sienne, la laissant lui caresser le dos de celle-ci avec son pouce. Il trouvait cette attention chaleureuse. Il avait lâché un poids de ses épaules en évoquant sa souffrance. Demain, cette douleur reviendrait mais il saurait à présent qu'il n'était pas seul et pouvait compter sur la Pagliarelli. Dante se mit à rire en écoutant sa remarque. Sa belle inconnue semblait sérieuse :

« Oh tu sais, dans ces moments-là je dérape toujours et le lendemain en plus d'avoir la gueule de bois, je regrette toujours. »

Il n'était pas fier de ses exploits. Dante ne se saoulait que dans ces occasions car d'habitude il aimait avoir le contrôle de lui-même. « Tu es vraiment sûre de vouloir faire ça ? » Il sourit amusé avant de se lever et forcer Cosima à faire de même : « On va faire ça dans un bar que j'aime bien et attention on ne boit pas de l'alcool de femmelette je te préviens ! » Dante riait aux éclats, il savait qu'il allait faire les quatre cents coups avec son ingénue. Au fond, Di Annunzio se sentait terriblement vivant à cet instant.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• Cappodecina Di Annunzio •
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 01/05/2018
Messages : 212

Loyauté : 555
Célébrité : Àstrid Bergès-Frisbey
Multi-comptes : Irime Skoden
Crédits : © DandelionQueen

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 ans
Mon métier : Ingénieure informatique, chef de projet chez SYS-Dat // Soldate du clan Pagliarelli
Côté coeur : Se faire poser un lapin devant l'autel, ça refroidit. Pourtant, elle semble ne pas avoir retenu la leçon en se rapprochant de l'héritier Dalmonte...

Mon image :
Cosima Strelitzia
« Membre du clan Pagliarelli »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mer 20 Juin - 10:52 - #

Une roue
qui tourne
Une tournure imprévisible. Un pas qu'on ne pensait pas avoir franchi. Ou alors sans l'avoir remarqué. Ce n'était pas pour me déplaire mais ça s'ajoutait à cette atmosphère qui régnait entre nous.

La douleur ne s'évaporerait jamais. On ne pouvait que s'y habituer. Ça me brûlait de l'intérieur comme si mon cœur devenait incandescent. De ces douleurs de l'âme qui restaient gravées en nous au fer rouge. Je n'avais pas vécu beaucoup de drames dans ma vie... à part mon ex laissé en France, Varseni et la part de manque de confiance qu'il m'a laissé après avoir passé des jours enfermée jusqu'à voir son corps étalé au sol, et la mort de ma mère... Peut-être que je m'en sortait bien, au fil. Malgré l'implication presque forcée dans une mafia, la dichotomie entre mes valeurs et certaines de la Cosa Nostra, on pouvait quand même me considérer dans les chanceux de cette vie...

Petit Prince me confia que sa méthode impliquait une certaine perte de contrôle, un risque dont il fallait être conscient avant de perdre conscience. « Je préfère les regrets aux pensées sombres », lui assurai-je sans vraiment lui donner le choix de me convaincre que je faisais une bêtise. Lorsqu'il se leva, je le suivis avec une certaine intrigue dans le regard. Il se mit à rire en m'expliquant à quoi m'attendre. Je n'étais pas une grande amatrice d'alcool, préférant le goût à la gueule de bois, mais je son teaser ne me décourageait aucunement. « Peut-être ne tiendrai-je pas jusqu'à minuit cette fois-ci », répondis-je en riant comme contaminée par ses éclats enjoués.

Cette journée prenait une réelle tournure inattendue.

Je le suivis en poussant mon vélo jusqu'à ce qui semblait être sa voiture. Étonnée par cette dernière - du genre modèle d'occasion que moi-même je n'aurais jamais acheté et Dieu sait comme je me moque des voitures - je ne pus m'empêcher de glisser un commentaire. « Trèèès jolie voiture », lui adressai-je en souriant. Un petit parc à vélos était logé non loin. M'éloignant pour y attacher mon moyen de locomotion, je revins ensuite vers le Petit Prince, prête à lui suivre avec une imprudence flagrante.

_________________
far from what i was
looking for
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 03/06/2018
Messages : 104

Loyauté : 291
Célébrité : Jack Falahee.
Multi-comptes : //.
Crédits : (c) Kane.

Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 balais.
Mon métier : Capodeccina au sein des Brancaccio et architecte d'intérieur dans la vie de tous les jours.
Côté coeur : Célibataire endurcit.

Mon image :
Dante Di Annunzio
« Membre du clan Brancaccio »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mer 20 Juin - 18:03 - #

Une roue qui tourne feat Cosima Strelitzia.
Dante était décidément surpris de voir que Cosima souhaitait se mettre minable en ce jour voulant tester sa méthode. Il aimait ce soudain brin de folie chez elle surtout qu'au travers des apparences, elle ressemblait plutôt à la jolie petite fille modèle qui ne fait jamais de bêtises plutôt qu'une rebelle. Mais depuis leur première rencontre, sa belle inconnue réussissait à l'impressionner. Qui aurait cru qu'une fille comme elle ferait partie de la mafia et en plus de cela des Pagliarelli ? Il n'aurait jamais parié sur elle et pourtant. Di Annunzio se mit à rire de bon cœur, cela risquait de promettre notamment parce qu'il était l'après-midi, ce n'était pas une heure pour boire comme un alcoolique. Cependant, Dante ne la coupa guère dans sa lancée, elle semblait tellement motivée et il était en train de passer du bon temps en sa compagnie.

« Dans ce cas va pour les regrets ! »


Il rit de plus belle, y compris lorsqu'elle évoqua minuit. Le mafioso lui prit ensuite la main et l'inviter à le suivre jusqu'à sa voiture. Dante avait troqué les belles voitures pour une voiture d'occasion guère jolie pour la filature. Cosima s'en amusa :

« Ah ah très drôle ! Ce n'est pas ma voiture, j'ai du prendre ce tas de ferraille pour pouvoir te suivre jusqu'ici. »

Grogna-t-il parce que pour lui c'était un effort surhumain de troquer une Maserati contre ce genre de bagnole. Comme un bon gentleman, il lui ouvrit la porte avant de se mettre au volant et conduire jusqu'au bar.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


   

_________________

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• Cappodecina Di Annunzio •
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 01/05/2018
Messages : 212

Loyauté : 555
Célébrité : Àstrid Bergès-Frisbey
Multi-comptes : Irime Skoden
Crédits : © DandelionQueen

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 ans
Mon métier : Ingénieure informatique, chef de projet chez SYS-Dat // Soldate du clan Pagliarelli
Côté coeur : Se faire poser un lapin devant l'autel, ça refroidit. Pourtant, elle semble ne pas avoir retenu la leçon en se rapprochant de l'héritier Dalmonte...

Mon image :
Cosima Strelitzia
« Membre du clan Pagliarelli »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Lun 2 Juil - 11:42 - #

Une roue
qui tourne
Il fallait l'avouer, je ne restais pas piégée dans le carcan gentille-petite-fille pour rien. J'avais toujours été une enfant moyenne, sans grandes histoires, obéissante et serviable. Si les épreuves m'avaient menée sur un chemin marginal, ça restait "gentil". Et même les crimes de mon passé n'étaient faits qu'au travers d'interfaces utilisateurs, écrans, claviers et lignes de code dont la personnalité était difficilement traçable. L'Anansi à l'anonymat du monde. Mes actions de hacker, je les jouais, comme s'il s'agissait d'une autre personne. Comme si je jouais un personnage de jeu de rôle dans un Shadowrun contemporain. De quoi faire rire. Même si ça n'avait rien d'un jeu.

Si mes actions restaient des crimes, je connaissais la portée de mes actes, les conséquences que ça enchaînait et tout ce que ça impliquait. Et c'est en travaillant pour le clan Pagliarelli que je m'étais rendue compte d'une chose : ce n'était pas parce que le crime se faisait par l'intermédiaire d'une interface qu'il n'impactait pas ma conscience. Quelque chose était foiré en moi et c'est en ayant dû remplir mon premier contrat impliquant la mort d'un homme que je m'étais rendue compte que quelque chose ne devait définitivement pas tourner rond chez moi. Malheureusement, je me posais ces questions trop tard. À l'aube de la disparition de la dernière personne qui me connaissait assez pour juger de mes choix. Comme ma mère me manquait...

Peu importait l'heure, le lieu, et j'aurais bien aimé dire que peu m'importait la compagnie. Mais en vérité, c'était le détail le plus important de cette décision. Petit Prince. Pourquoi j'avais l'impression de connaître ton regard, d'être habituée à ta présence... Sa main prit la mienne pour un tour en poubelle, charmante perspective dont on s'amusait. « Pour me suivre ? » L'interrogeai-je faussement. Incapable de croire qu'il en était à faire ce genre de plans pour me rencontrer. « Si la voiture arrive en un seul morceau à destination, je paye ma tournée », lui assurai-je d'un clin d'œil souriant.

C'était surréaliste mais ça n'avait aucune espèce d'importance à mes yeux. Je voulais me changer les idées, faire une entorse à ce deuil qui me hantait. Sur le trajet, plusieurs fois mes yeux se posèrent sur le visage du Petit Prince. Et dans un mélange de fatigue et de pensées imprégnées du souvenir de ma mère, j'avais l'impression de lui reconnaître certains traits. Étrange perception qui cessa alors que nous arrivions dans un bar aux abords des plus ordinaires. « C'est un établissement que tu connais bien ? » Demandai-je une fois qu'il fut garé.

_________________
far from what i was
looking for
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 03/06/2018
Messages : 104

Loyauté : 291
Célébrité : Jack Falahee.
Multi-comptes : //.
Crédits : (c) Kane.

Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 balais.
Mon métier : Capodeccina au sein des Brancaccio et architecte d'intérieur dans la vie de tous les jours.
Côté coeur : Célibataire endurcit.

Mon image :
Dante Di Annunzio
« Membre du clan Brancaccio »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Mar 3 Juil - 12:32 - #

Une roue qui tourne feat Cosima Strelitzia.
« Tu as très bien entendu. Pour te suivre. » Il lui jeta un regard amusé avant de rire : « Ne crois pas que je suis un psychopathe ou un tueur en série hein ! C'est juste que je souhaitais te revoir et comme je n'avais aucun moyen de te retrouver, je me suis donc dit que la filature était le meilleur moyen. »

Dante était fier de sa réussite puisqu'elle se retrouvait dans cette vieille voiture avec lui. Il aurait cependant aimé l'accueillir dans une de ses belles voitures bling bling dont il était fier comme un coq.

« C'était ça ou le kidnapping. »


Dit-il pour plaisanter sans se douter un seul instant de l'histoire de Cosima. Il n'aurait sinon jamais osé ce genre de blague en apprenant son passif. Un rire cristallin sortit de la bouche du Brancaccio notamment parce qu'elle n'arrêtait pas de le vanner avec cette voiture. L'avantage c'est qu'il allait pouvoir profiter d'une tournée gratuite.

« Dans ce cas je ne dis pas non à une tournée gratuite ! »
Il sourit amusé et fit exprès de faire ronronner le moteur de cette vieille bagnole en accélérant à toute vitesse dans les rues de Palerme. « La prochaine fois tu auras le droit à une de mes maserati! Il faut bien que je retrouve mon honneur ! » Di Annunzio aimait tellement les belles voitures et se faire chambrer à ce sujet ou du moins sur cette carcasse, Dante souhaitait donc lui montrer sa belle collection la fois prochaine. Une fois garé devant l'entrée. Sa belle inconnue lui demanda s'il connaissait bien cet établissement. Il le connaissait plus que bien car il venait souvent ici en compagnie d'Alessia.

« J'y ai mes vieilles habitudes. Le propriétaire est sous la coupe de mon clan. »

Dante faisait exprès de ne pas dévoiler l'identité de son clan bien qu'il se doutait qu'elle devait enfin le connaître. Le jeune homme l'invita à descendre avant de pénétrer à l'intérieur du bar où il salua des visages qui lui étaient familiers. Ils s'installèrent ensuite au comptoir. Le barman vint prendre leurs commandes tout en s'adressant au capodeccina :

« Tu ne viens plus avec Alessia ? » le mafioso se contenta de répondre : « Pas aujourd'hui. » avant de demander deux alcools forts. Si Cosima souhaitait perdre ses moyens, autant les perdre tout de suite.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________

▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼▲▼
• Cappodecina Di Annunzio •
(c) Miss Pie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 01/05/2018
Messages : 212

Loyauté : 555
Célébrité : Àstrid Bergès-Frisbey
Multi-comptes : Irime Skoden
Crédits : © DandelionQueen

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 30 ans
Mon métier : Ingénieure informatique, chef de projet chez SYS-Dat // Soldate du clan Pagliarelli
Côté coeur : Se faire poser un lapin devant l'autel, ça refroidit. Pourtant, elle semble ne pas avoir retenu la leçon en se rapprochant de l'héritier Dalmonte...

Mon image :
Cosima Strelitzia
« Membre du clan Pagliarelli »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Dim 15 Juil - 20:22 - #

Une roue
qui tourne
Je préfère ne pas relever, ne souhaitant pas finir par voir Petit Prince comme un détraqué de qui je devrais me méfier. Il aurait pourtant eu été plus sage de me montrer méfiante... que me passait-il par la tête ? Partir avec lui, m'engager sur ce terrain avec lui... Si Dekian me voyait, il me ferait passer un sale quart d'heure. Les clans n'avaient pas l'air d'être faits pour se mélanger, être ensemble. Ce qui me paraissait assez idiot et pouvait amener à des lacunes comme nous avions pu en faire l'expérience, Petit Prince et moi. Cillant simplement à la fin de ses mots qui évoquaient un kidnapping. Il ne pouvait pas savoir... Ou peut-être que si. Varseni avait sans doute encore des contacts dans la mafia lorsqu'il m'avait enlevée, ou encore plus dangereux : cet homme pouvait peut-être se trouver directement en affaire avec ce père que je recherchais et répudiais au point de le vouloir mort, une vengeance dont l'essence se révélait à ce triste anniversaire...

Non. Je parvins à garder mon calme, cachant tant bien que mal le léger malaise que cette idée avait pu m'inspirer. Le voir s'acharner à faire de cette voiture une illusion de bolide me fit sourire. Tout autant que sa remarque entre la voiture d'un homme et son honneur. Il n'y a qu'ici qu'on voit ça, pensai-je naïvement. Mais la gent masculine était pourtant belle et bien attachée à cette image que devait renvoyer leur voiture. Je trouvais ça puéril mais allez savoir pourquoi, le contraste qui se créé entre la voiture et le Petit Prince était plutôt charmeur.

Arrivés aux portes du bar, il me confia que son clan avait la main-mise sur le patron de l'établissement. Je n'allais pas faire mon effarouchée à prétendre que cette idée me dérangeait... ici, sans la mafia, bon nombre de commerces ne seraient plus sur pied depuis longtemps. Chaque bien avait son mal, et inversement. Entrant dans le bar, le tenancier accosta Petit Prince en énonçant une compagnie qu'il devait habituellement avoir. De quoi éveiller une pointe de jalousie si j'avais été sous un jour normal. Malheureusement, mes pensées étaient loin de vouloir sortir les griffes. Au contraire, je me montrai plutôt taquine. « Ah, il y aurait une Mme Petit Prince ? » Lançai-je sur un ton faussement déçu. Un ton joué, mais pas dénué de vérité. Je n'étais pas du genre à aller à la pêche ni même à vouloir m'embarquer dans la moindre histoire - la situation était bien assez compliquée avec Leo - mais je ne pouvais pas nier un léger pincement. Installés aussi confortablement que faire se peu, j'étais curieuse de voir à quel sauce Petit Prince allait nous cuisiner.

_________________
far from what i was
looking for
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
Re: Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
- #

Revenir en haut Aller en bas
 
Une roue qui tourne ▬ Dante & Cosima
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MAJ] [Nantes] Dyrits
» La Roue de l'Hydre... Attention : Elle tourne!
» [RP] Massacre hydrique en roue libre
» [RP]En roue l'Hydre
» roue infernale skaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Omertà :: Benvenuto a Palermo. :: Banlieue-
Sauter vers: