AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 [Leo - Cosima] Au pied du cœur

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
[Leo - Cosima] Au pied du cœur
Lun 11 Juin - 12:19 - #

Au pied
du cœur
Dragon's crown est un bon défouloir. On s'y prend et s'y perd. Combien d'heures sont passées ? À vrai dire je n'en sais rien. J'avais posé ma journée pour éviter cette réunion avec le nouveau chef de projet qui s'occupait de la boîte de Leo. Ce dernier m'avait évincé du projet et mise en porte-à-faux avec mon patron pour des raisons qu'à présent je comprenais. La peur peut être très dangereuse chez un homme de pouvoir... Je ne m'en étais pas rendue compte. En tout cas, pas avec Leo. Peut-être devais-je ça aux sentiments que j'éprouvais pour lui... Il n'était pas l'héritier d'un nom et d'une renommée à mes yeux. Juste un homme que j'appréciais, que j'affectionnais, avec qui je voulais partager des moments privilégiés. J'étais une fille trop simple aux ambitions modestes, à des années lumières de juger un homme par son statut ou ses possessions. Travaillant pour gagner son pain tout comme il le faisait. Avec quelques dérives que je ne pourrais jamais lui avouer cependant... Que ce soit mon passé de hacker indépendante ou bien de soldato pour le compte Pagliarelli - qui renflouaient bien mes comptes en banque - j'étais loin d'être un modèle de citoyenneté. Peut-être quelque part que je fuyais mes responsabilités au travail car je pensais les mériter et ne voulais pas l'admettre ? Un juste retour de bâton pour mal agir ?

Toc, toc, toc.

Pause.

Ce n'était pas la façon de frapper de Dekian. Ni du livreur ou du concierge. Je fixai la porte quelques secondes avant de me décider à lever mes fesses du canapé. À pas feutrés, je m'approchai de la porte et regardai à travers le judas. Leo ?! Mon cœur manqua un battement. De ces instants où l'on a l'impression de redevenir adolescent avec ces papillons dans le ventre qui nous font vibrer. Je n'étais absolument pas présentable : une tunique sans manches arrivant mi-cuisse et un mini-short de sport. Les cheveux mal attachés dont le quart était de toute façon plus attaché et ma manette de PS4 dans la main. Je la posai sur le meuble juxtaposé à la porte d'entrée, passai mes mains dans mes cheveux comme si j'étais capable d'arranger quoi que ce soit et... et merde, je n'allais pas le faire poireauté dix minutes le temps de me changer, si ? J'ouvris la porte de l'appartement, un peu gênée de cette irruption intempestive. « Bonjour Le... oh. » Je me stoppai sur le bouquet de fleurs qui dessina un large sourire sur mes lèvres. Son silence m'attira vers la carte déposée sur le bouquet.

Accepterais-tu de venir au pied du mont Pellegrino le 21 juin ? Bisous. Un mec ingrat et hautain sans personnalité.

Mon accoutrement n'avait plus aucune importance, un éclat de rire retentit à la lecture de la signature et je débarrassai Leo en prenant les fleurs. « Et bien... je n'avais rien de bien important à faire ce soir. Mais il faut tout de même que je... m'habille », prétextai-je comme si ce n'était pas une évidence. « Entre, je n'en ai pas pour longtemps », l'invitai-je en me décalant pour le laisser passer. Je maintenais une certaine distance, ne voulant pas me précipiter et le laisser mener la danse à son rythme. J'étais déjà plus qu'heureuse de le voir prendre ce genre d'initiative. Après avoir passé ces derniers mois à lui courir après, j'avais obtenu mes réponses et le fait qu'il me les ait donné, qu'il m'accorde sa confiance, ça avait ravivé les sentiments que j'avais pour lui. Je savais marcher sur des œufs, qu'il ne pouvait pas s'avancer dans une relation à l'aveugle comme je le faisais. Et si je me sentais sûre de ce que j'éprouvais à son égard, je n'étais pas encore convainque de pouvoir à nouveau me lancer dans une vie de couple et tout ce que ça impliquait. Mais une part de moi se refusait à laisser passer cette chance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Mar 12 Juin - 19:29 - #

Au pied du cœur × ft. COSIMA & LEO
Déjà plus de vingt minutes dans le magasin du centre-ville. Leo a jamais compris cet enthousiasme autour des fleurs mais c’est la règle. Il est probablement pas assez féminin dans sa tête. Le plus difficile est en plus de répondre au téléphone. « Non Lazare, pas ce soir. On fait ça demain en fin de matinée ? Ivan est déjà au courant. » Une réunion de dernière minute essaie de s’organiser afin de finaliser l’ouverture d’un prochain commerce-vitrine pour le clan. Assez compliqué de répondre à son compère quand une mamie répète la même question jusqu’à obtenir sa réponse. « La couleur de ses yeux mon chou ? » Leo tente d’entendre l’heure proposée pour la réunion où tout le monde serait disponible. A cause du brouhaha et de l’employée, il ne réussit même pas à joindre les mots ensemble. Tant pis, il demande à Lazare de lui confirmer l’horaire par message. « Marron-vert. » Leo ne comprend pas vraiment en quoi cela peut aider dans la confection d’un bouquet mais il laisse la vieille dame faire son travail. Elle est dans ce magasin depuis plus de cinquante ans. Elle a connu Leo dès sa naissance. Il donne son aval sur les fleurs mais si cela ne tenait qu’à lui, toutes les sortes iraient ensemble. Il regarde sa montre qui indique un léger retard dans l’emploi du temps. Il ne sera pas à la porte de Cosima à dix-neuf heures pile. Leo n’a pas travaillé de la journée pour s’occuper de Mia. Des petits maux de tête qui se sont vite atténués quand Maria lui a proposé de faire des activités culinaires. Leo a jamais apprécié le système scolaire et cet opinion ne risque pas de changer. Il est mal placé pour gronder sa fille.

Il a opté pour un jean et un polo Ralph Lauren, la tenue basique pour les journées chaudes hors du travail. Le programme de la soirée l’obligeait à laisser ses vêtements chics vintage au placard. Hors de question de les porter en Harley. Après dix bonnes minutes en moto, il stationne juste en face de chez Cosima qui ne s’attend pas du tout à cette surprise. Dans les messages de la journée, Leo lui a méticuleusement demandé si elle sortait en ville. Une question souvent utilisée pour relancer la conversation mais, cette fois-ci, elle aura son importance. Dès qu’il a su qu’elle resterait chez elle, Leo a planifiée une soirée « pique nique ». Un food truck est déjà installé proche d’une table en bois réservée. Il partirait à une heure négociée pour un nouvel emplacement. Certes, Leo a mis le prix mais ce n’est qu’une bagatelle sur ses revenus mensuels. Il attrape les fleurs du coffre et la carte qui n’ont pas trop souffert dans le coffre de la moto. Rien que ça, il est soulagé pour la soirée. Dès qu’il atteint la porte, il n’attend pas pour sonner car il sait déjà que le temps presse. Plusieurs secondes à fixer le judas comme Cosima observe toujours de l’intérieur avant d’ouvrir la porte. Elle semble ravie de sa surprise. Tant mieux car Leo s’en veut encore de son comportement des six derniers mois. Au fond de lui, il continue à douter sur le fait de fréquenter Cosima. La seule raison qui lui dit de se lancer est que sa vie prend un meilleur sens quand elle est dans son quotidien. Il ne veut pas la brusquer. Depuis l’annonce de l’existence de Mia, il lui envoie un message chaque réveil en essayant de ne pas être trop intrusif le reste de la journée. Cosima l’invite à entrer avant de partir s’habiller. « Ne te maquille pas, ça sert à rien. Mets un pantalon et des baskets » Les jupes ou les robes ne sont pas recommandées pour les sorties moto. Quoique, les piétons en seraient ravis. Leo patiente dans le salon en vagabondant dans la pièce comme un lion en cage. A la recherche d’une photo ou d’une sortie ayant pu être faite avec une conquête. « t’es pas allée bosser aujourd’hui ? J’y ai pensé, tu veux que je redemande à ton boss de te remettre sur le projet Dalmonte Immobiliare ? » On sait jamais si cela peut lui faire gagner des sous en plus. Soudain, il tombe sur une photo posée sur le meuble télé. Cosima est en bonne compagnie avec une femme et deux hommes. « Oh, tu es bien entourée sur une photo. » Leo jaloux ? Non jamais.. quoique. Il l’exclame avec un air amusé comme il sait bien le faire. On voit bien le mec poser sa main sur la taille de la jeune femme. Leo a jamais été possessif ou très jaloux sauf s’il avait de bonnes raison de l’être. Il sait que Cosima a vécu sa vie pendant six mois, tout comme lui la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Mar 12 Juin - 23:40 - #

Au pied
du cœur
Je m'en voulais d'abandonner Leo dans mon salon mais je n'avais pas d'autre choix. De plus, je ne souhaitais pas le faire attendre. C'était une surprise inattendue et dont la perspective me ravissait. Donc moi-même, ça m'embêter de perdre du temps. « Je t'avouerai que je n'avais pas l'intention de me maquiller... je suis si douée qu'on ne sortira pas avant demain d'ici si je me maquillais », répondis-je avec un sourire qui scintillait dans ma voix. Un jean et des baskets ? Si je trouvais cette recommandation étrange pour un homme si bien sur lui en chaque instant - même décontracté Leo avait des airs de prince - je ne me posai pas de question et pris le premier jean qui passait avec les chaussures les plus confortables que j'avais.

Manquant de tomber en enfilant une chaussette, je jurai à voix basse tout en faisant attention à ce que me disait Leo depuis l'autre pièce. « J'avais envie de prendre un peu de temps pour moi... » Je ne m'attendais pas à ce qui me présente une telle proposition : reprendre ma place dans le projet Dalmonte Immobiliare permettrait de redorer mon image auprès de mon patron, mais ce serait forcément vu comme un piston et ce n'était pas de cette façon que je voulais orchestrer ma vie professionnelle. « Oh... je suis sur d'autres projets chez SYS-Dat qui me demandent pas mal de temps. Mais... merci, Leo », rattrapai-je maladroitement en sortant de la chambre alors qu'il commentait un cadre photo. Plissant les yeux, je marchai jusqu'à lui pour voir quelle photo suscitait cette attention. « Bien entourée ? C'est une photo de l'équipe avec laquelle je travaille. Ce sont de bonnes personnes, enfin sans doute, mais on ne peut pas vraiment dire que ce soit un entourage. Le grand Dalmonte se révélerait-il jaloux ? » Le taquinai-je d'un sourire. « On y va ? » Éludai-je en entourant son bras de mes mains.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Mer 13 Juin - 0:46 - #

Au pied du cœur × ft. COSIMA & LEO
Un rire silencieux en apercevant tous les jeux vidéos trônant fièrement a coté du meuble TV. Leo a toujours trouvé cette passion mignonne car il l’imaginait entrain de se déchainer sur sa manette en criant tous les noms d’oiseaux possible et inimaginable. Une occupation peu commune qui ajoute encore plus de charme à la demoiselle. Il faut bien s’y attendre, connaissant son métier. Contrairement à Cosima, Leo frôle la technophobie. Non pas concernant les jeux vidéos mais les avancées en général. Il déteste les appels téléphoniques ou encore les réseaux sociaux. C’est malheureusement une obligation sociale d’y succomber. « Comme tu veux. Si tu changes d’avis, n’hésite pas. » Leo a provoqué ce retrait afin que le message soit clair à l’époque mais l’histoire est différente aujourd’hui. Il n’aurait pas pensé être ici six mois après ces fameuses roses envoyées lâchement en guise de rupture. Pendant six mois, Leo s’est forcé de ne pas suivre les faits et gestes de Cosima. C’est assez brutal de ne plus avoir de nouvelle de quelqu’un du jour au lendemain à qui on tient énormément. Il s’est plongé dans les responsabilités offertes par Ivan, essayé d’apprendre tout ce système mafieux du clan Brancaccio. Son père l’avait mis en garde contre les affaires louches quand il a commencé dans l’immobilier. L’unique raison qu’il soit conseiller à présent : Ivan et sa confiance envers Leo.

« Le grand Dalmonte est juste curieux. » marmonne-t-il avant de poser son regard sur la jolie jeune femme agrippant son bras. Elle a jamais été aussi belle, sans maquillage, sans artifice. Il la trouve magnifique au réveil même si elle prétend le contraire. Ce regard bohème qui camoufle une femme de caractère. Leo s’autorise un baiser sur le front de la brunette. Il veut profiter de chaque minute sans se soucier du lendemain. Il l’invite à ouvrir la marche vers la Harley et sort le casque destiné au passager. Leo vérifie bien deux fois qu’il soit bien attaché avant de les emmener sur les hauteurs du mont. Une météo idéale pour ce genre de soirée. Une température clémente et aucun nuage à l’horizon. La moto ralentit pour rejoindre un chemin réservé aux promeneurs. Le point de vue se situe à plusieurs centaines de mètres. Le food truck est bien à sa place, tout comme la table pique nique et le petit campement prévu pour la nuit. Depuis l’accident, Leo refuse de conduire la nuit. Il ne demande qu’à son chauffeur mais ce soir, il n’y avait qu’eux. « Voilà où tu seras ma prisonnière ce soir. » Dis-il taquin avant de lui retirer le casque et l’inviter à rejoindre le camion.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Mer 13 Juin - 9:13 - #

Au pied
du cœur
Sa prévenance ne pouvait être qu'appréciable, même si mon éviction du projet Dalmonte Immobiliare n'avait été décidée que par souci personnel et non professionnel. Mais non, je ne lui en voulais pas. Après tout, c'est moi qui était trop têtue pour le laisser tranquille. Qui m'étais accrochée à lui malgré ses innombrables tentatives de me repousser. Durant ces six mois, je m'étais sentie comme une sorte de maladie, un virus dont il ne parvenait pas à se défaire. Et si le fait que je me sois acharnée paraissait égoïste, je n'arrivais pas à regretter d'avoir persévéré. Une distance de taille avait beau s'être mise entre nous durant tout ce temps, je n'avais pas cessé de l'aimé. De le désirer. L'attirance envers ce qu'on ne peut pas avoir. Le souvenir d'un parfum et de ses caresses qui comblaient enfin cette solitude qui me berçait ? Ou peut-être l'amour... celui qui nous étreint sans nous lâcher une seule seconde. Qui nous coupe le souffle et envahit nos rêves...

Juste curieux. Je souris et le croisement de nos regards me donna un vertige. J'étais contre lui et ses yeux enjôleurs. Sur l'instant, je refusais de croire qu'il ait ce regard pour n'importe quelle autre femme. Un simple baiser sur le front et ce moment coupé du reste se mit en pause pour le voyage auquel il me préparait. Sa harley devant l'immeuble, je m'assurai de bien enfiler le casque et m'accrochai à lui. J'aimais la sensation du vent venant nous frapper, comme si nous remontions un courant en sens inverse. J'aimais la conduite prudent de Leo et les chemins qu'il prenait. La route ne fut pas longue et c'est dans un petit coin vide de touristes que nous nous arrêtions. On avait l'impression que l'endroit avait été réservé juste pour nous !

Descendant de la moto, j'ôtai le casque et observai l'endroit. Ravissant coin de paradis, calme et apaisant. Un lieu pour être sa prisonnière. Si ce mot ne m'évoquait pas de bons souvenirs, je balayai cette lueur sombre d'un sourire. « Dans un endroit pareil j'accepterai même d'être ma propre geôlière ! » Rétorquai-je en le rejoignant et saluant le cuisinier. Si je n'avais pas exactement la tête à manger à cet instant, je laissais toutefois mes yeux voyager au travers des différents mets que proposait le food-truck. J'aimais beaucoup ces fast-food improvisés. Si certains étaient à éviter, d'autres proposaient des produits absolument divin et connaissant Leo, ça ne devait pas être le premier camion venu. D'ailleurs, depuis quand s'installaient-ils ici les food-trucks ? Un léger regard suspicieux sur Leo sans en perdre mon sourire. Je crois qu'à part une catastrophe, rien ne pourrait entamer mon enthousiasme. J'étais à la fois euphorique et nerveuse, comme s'il s'agissait à nouveau d'un premier rendez-vous. J'avais envie que ça marche entre nous deux. Sans avoir à craindre qu'un matin je vienne à recevoir un bouquet de fleurs et un message d'adieu...

Peut-être était-ce de la naïveté, que s'il l'a fait une fois, il pourra recommencer, mais je veux croire en nous. Même si je n'étais pas une grande sociale, des hommes m'avaient croisée, certains s'étaient montrés intéressés, mais à chaque pas qu'ils faisaient vers moi, c'est à Leo que voyageaient mes pensées. Est-ce que je faisais une fixette sur lui et que tout ceci n'était qu'une obsession ? J'oscillais entre assurance et crainte, comme un pendule faisant tic tac. Trop craintive à l'idée que du jour au lendemain, alors que toutes les promesses se sont faites et sont sur le point de se réaliser, il m'abandonne comme l'avait fait mon ex-fiancé. Une peur que jamais je n'avais osé évoqué de peur de paraître névrosée, paranoïaque et faible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Jeu 14 Juin - 22:42 - #

Au pied du cœur × ft. COSIMA & LEO
Au contraire de beaucoup d’hommes, Leo apprécie organiser des surprises ou des voyages pour ses proches. Hors de question de payer un prestataire. Non pas par manque d'argent, bien au contraire. Il préfère se charger du projet de a à z. Il est encore plus ravi quand tout se déroule parfaitement, c’est son petit plaisir. Il lui a déjà fait un weekend à Rome pour son anniversaire. L’organisation de cette soirée s’est avérée être une pause dans sa longue semaine administrative. Leo en est convaincu, s’il est à cette place aujourd’hui, c’est évidemment grâce à l’héritage mais aussi de par sa rigueur. Ancien boxeur, ses entraineurs lui ont appris la maitrise de soi, le respect et la persévérance. Des aptitudes indispensables dans sa vie actuelle. Comme il a aucun diplôme, son relationnel joue aussi un rôle clé dans sa réussite. Leonardo s’en est évidemment servi pour l’organisation de cette soirée. Le food truck appartient à l’un de ses locataires qui tient un restaurant au centre-ville. Il lui a payé une heure et demi de recette en plus d’un bon bonus. Concernant le coin campement, il s’en est chargé avec une personne travaillant dans la demeure Dalmonte. Plutôt atypique comme journée de travail. Aux premiers abords, Leo peut émettre une image froide et hautaine. Il est méfiant envers les inconnus. Cependant, quand on réussit à entrer dans le cercle, Leo s’avère être drôle et généreux. Il se moque de l’argent. Non pas hypocrite à avouer que c’est secondaire dans sa vie mais il ne dépense pas ses immenses revenus tous les mois dans les voitures ou dans des soirées grandioses. Si on regarde plus en détail, Leo finance beaucoup d’associations ou il fait des dons au patrimoine palermitain. Son amour pour cette ville est indescriptible. Un poil conservateur et chauvin. Il place aussi une petite partie tous les mois sur le compte bancaire de sa fille mais en général, Leo reste réaliste à l’exception de quelques pulsions. Cosima lui lance un regard soupçonneux en s’approchant de l’un des meilleurs food truck de la ville. « Quoi ? Faut bien que je te fasse oublier toutes tes conquêtes des six derniers mois. » Répond-il amusé même si au fond, ses mots ne sont pas dit par hasard. Cosima n’est pas attirée par son argent, il le sait. Une autre qualité perçue rapidement dès leurs premiers instants partagés. A l’exception du camion, cette soirée reste simple. Pour cette sortie, Leo souhaite discuter avec la jolie Strelitzia. Ne pas se cacher derrière un film ou un concert mais profiter de la soirée au maximum. On ne peut compter sur les doigts de la main les fois où ces deux-là ont échangé des heures. Pourtant, rien était gagné au début de leur histoire. Le jeu du chat et de la souris. Cosima n’a pas mordu directement à l’hameçon. Une manière de rendre Leo encore plus accro au fil du temps. Leo montre leur présence au cuisinier avant de proposer à Cosima de rejoindre la table pique nique où s’y trouve une boite à chaussure. « Vas-y, ouvre. Tu commences. » Dit-il sans camoufler son enthousiasme. Un jeu de la vérité qui regroupe plusieurs questions sérieuses et d'autres légères.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Ven 15 Juin - 13:21 - #

Au pied
du cœur
Loin des regards qui jugent, qui calculent, qui formatent, les yeux de Leo ne m'inspiraient qu'attention, considération et tendresse. Ce qu'il représentait pour Palerme ne m'atteignait guère, et à par le fait que ça lui rapportait de l'argent et des responsabilités, je cherchais pas à en savoir plus. Son influence, ses avantages, même sa fortune, tout ça ne m'intéressait pas. La seule chose qui comptait se trouvait dans ces moments-là. Où une valise à la main il m'emmène faire le tour de Rome, ou d'un bouquet de fleur il m'embarque dans une aventure à deux. J'ai beau ne pas être victime de l'engouement des fleurs, celles qu'il m'apportait me réchauffait toujours le cœur. Mais je crois qu'il viendrait avec un tas de feuilles tombées à l'automne passé que ça me ferait le même effet. Ce n'était pas la valeur pécuniaire des choses, mais l'attention dont elles témoignaient, leur valeur sentimentale. Et des sentiments... depuis la mort de ma mère je n'avais pas eu l'occasion d'en ressentir beaucoup. Sûrement l'une des raisons qui m'avaient forcées à m'accrocher autant à Leo même dans les moments où il me faisait dégager par son service de sécurité... Peut-être que, de tout ça, nous finirons par en rire. Un bref épisode dans cet océans de moments passés ensemble à profiter de cette vie à deux dont ne semblent être bénis que les couples des générations précédentes.

Mon regard investigateur et soupçonneux le força à justifier les quelques "abus" glissés dans cette soirée qui s'annonçait à la simplicité et la pureté d'un instant isolé de tous les autres. « Mes conquêtes », soulignai-je en riant. J'étais une telle catastrophe sociale que si je ne faisais pas fuir les hommes au premier rendez-vous c'est qu'ils étaient pas nets... Et même l'idée de chercher à vouloir être avec quelqu'un, c'était -pour diverses raisons - loin de mon esprit. Les stigmates de mon premier grand amour m'avaient isolée de cette possibilité. Il n'y avait que Leo qui, malgré toutes ces barrières que les années avaient consolidé, avait réellement su toucher mon cœur. Je ne voulais pas me laisser avoir par ses charmes, par cette attirance qui nous avait rapprochée. Je m'en étais même voulu d'être trop faible pour y résister. Jusqu'à me dire que ce pouvait aussi bien ne pas être une erreur. Qu'il pouvait être différent. J'en étais venue à croire ses sentiments et à me laisser aller à cette passion qui nous animait. Il y avait bien quelque chose à réparer... ce jour où il m'avait dit que tout était fini. Cette chute dans ce ravin abyssal où il m'avait projetée. Je ne voulais pas penser à ces jours passés à me morfondre, à pester de haine et de honte d'être à nouveau tombée dans les filets des sentiments. J'ignore quelle force m'avait permis de me relever, de vouloir lui faire face et de persister à savoir pourquoi. La Cosa Nostra m'avait certainement découvert des armes dont j'ignorais l'existence, renforcé le cœur et l'âme, permis de faire face à cette situation sans baisser les bras...

Suivant le maître de la soirée, je rejoignis la table pour m'asseoir. Une boîte à chaussures. Très bien. Assez joueuse, j'observais l'objet tout en écoutant les règles. Ouvrir et commencer. Hein ? Un sourire adressé à Leo. Je comprendrai sûrement en ouvrant. Ce que je fis avec minutie, gestes lents et scrutant dans l'interstice créée les détails qui pourraient m'aiguiller sur la contenance de cette boîte avant qu'elle ne soit réellement dévoilée - une vraie gamine, oui, je ne le nie pas. Des bouts de papiers. J'en prends un. Une question y était inscrite. Je me raclai faussement la gorge et me redressai sur l'assise. « Crois-tu en l'existence des licornes ? » Amusée par la question, je répondis pourtant le plus sérieusement du monde. « Parce que des gens en doutent vraiment ? Comment est-ce possible ?! Un monde sans licorne, c'est comme un monde sans leprechauns : ce serait mo-stru-eux ! » Ajoutai-je en laissant retomber le papier sur la table. « À toi ? » Demandai-je d'une moue malicieuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Mar 19 Juin - 0:48 - #

Au pied du cœur × ft. COSIMA & LEO
Il veut retrouver cette complicité absente plusieurs mois. Cosima peut avoir des difficultés à faire confiance et Leo dira jamais assez à quel point il regrette de lui avoir infligée tant de souffrance. Cette séparation a ouvert une brèche dans leur coeur. Une cassure réparable d’après lui, il désire y croire. Elle en vaut la peine. Il sait brièvement que la jeune femme à un passé complexe. Des histoires difficiles à avouer même si leur relation a duré une année. Leo en est le parfait exemple. Les confessions prennent du temps. Ils n’ont plus vingt ans. A cet âge, tout le monde a ses tracas. Des histoires de coeur brisées, des mésaventures professionnelles, des drames familiaux.. Le passé construit l’avenir, forge le caractère.  Cosima peut sembler douce et timide mais, Leo a déjà vu d’autres aspects moins enchanteur. De légers contre-temps qui ont rien changé à ses sentiments, au contraire. Quoi de plus amusant de la chatouiller au beau milieu de la nuit et découvrir un visage de menace en carton ? Celui qui reste mignon malgré tout l’envie du monde d’effrayer son geôlier.  « Oui, ça serait triste ! Il y a bien une région paisible où elles habitent ces licornes. Je me demande bien pourquoi les explorateurs ne débutent pas leurs recherches. » Il aime la voir malicieuse et souriante. Autant entrer dans ce jeu qui leurs convient dès le début de leur histoire. Leo est aussi un rêveur. Ce côté enfantin a toujours existé en lui et il est encore plus dominant grâce à Mia. Il le dira jamais assez, avoir une fille est la meilleure chose qui lui soit arrivé. Leo a grandi dans une éducation rigide. La douceur et l’innocence de la blondinette est un apprentissage au quotidien.

A son tour de piocher une feuille. Une légère grimace en guise de réponse au regard de Cosima rempli de malice. Il en attrape deux sans faire exprès. « Quelle célébrité souhaiterais-tu être ? » Un dilemme pour le cinéphile dans l’âme. Tant de bons acteurs figurants dans ses modèles. Il ne se passe pas une semaine sans qu’il aille au cinéma. Il possède une vidéothèque impressionnante qui vendrait pour rien au monde. « Brad Pitt. Juste pour faire une soirée de folie avec Matt Damon, Ben Affleck et George Clooney. Ensuite je redeviens moi-même parce que sa vie est pas top en ce moment. » Quand on aime le cinéma, on s’intéresse forcement aux histoires people. Leo n’a pas honte de se tenir au courant des ragots uniquement si cela concerne la carrière de la célébrité. Le deuxième papier attrapé par accident le nargue. Cosima fixe elle aussi ce dernier dans le but qu’il assume sa maladresse. Il exagère un sourire avant de lire la prochaine question. « Combien de partenaires as-tu eu ? » L’héritier Dalmonte rit d’être tombé sur celle-ci. Cosima le sait, Leo a été un dragueur de compétition même au lycée. « Est-ce qu’on compte les amoureuses de primaire ? Parce que le nombre exploserait dans ce cas là. » Leo était l’arnaque incarnée. Avec son jumeau, ils ont été blonds dans leur enfance. Ils tenaient ce phénomène de leur père, devenus brun dès l’âge de 10 ans sans raison. Le cuisinier vient alors sauver la mise en souhaitant lancer les commandes. Alfredo est reconnu comme l’un des meilleurs food truck de pasta de la Sicile.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
Mar 19 Juin - 12:41 - #

Au pied
du cœur
En amour, rien ne peut être évident. Si on peut être sûrs de nos familles, de nos amis les plus proches, l'amour paraît se dérober à toute notion d'évidence. Et pourtant, c'est le lien qui se base le plus sur la confiance en l'autre, le respect. Je n'en voulais pas à Leo de ne pas m'avoir parlé de sa fille, ou encore de sa défunte femme. Mais c'était presque le problème... jamais je n'aurais dû lui demander où se trouvait la mère de Mia. Elle restait dans son cœur comme une mémoire à laquelle il se raccrocherait peut-être jusqu'à la fin de sa vie. Ce n'est pas comme une ex ou un amour passé. Elle était bien plus que cela, et le serait tant qu'il vivra. Ce que je comprenais et respectais même si, jalousement, ça me blessait. Pourquoi fallait-il que le seul homme envers qui j'éprouvais de tels sentiments ait un cœur déjà pris ? Je ne voulais pas être une relation kleenex, un pansement sur son cœur. Même si je croyais Leo lorsqu'il m'assurait que je n'étais pas une passade, je ne pouvais ignorer le fait que si c'était toujours aussi dur de parler de sa femme, c'est peut-être qu'il n'était pas prêt à recommencer sa vie. Pas sans elle. Et avec raison, elle aurait toujours plus de place que moi.

Je pourrais lui en parler, lui dire ce que je ressentais, ce qui me peinait, mais ça sonnait faux, injuste envers lui et envers elle - puisse-t-elle reposer en paix. Peut-être que pour abaisser cette barrière qui nous empêchait de reprendre notre relation où on l'avait laissée, la balle était finalement dans mon camp.

Fronçant les sourcils d'un air sérieux et engagé, j'acquiesçai à sa proposition qu'une unité d'exploration devait se lancer à la recherche des licornes avant de me laisser porter à son sourire et la chaleur de son regard. Son esprit était loin des bureaux, des costumes et des belles voitures. Si ça faisait partie de lui, la véritable essence de son âme résidait en cette imagination et ces rêveries qui me faisaient fondre. Pour une adulte restée enfant, c'était réconfortant de voir que je n'étais pas la seule folle à vouloir m'accrocher à ces rêves d'enfants. Lui et moi, ça marchait. Pour ça et mille autres choses... Je retombais honteusement mais agréablement amoureuse de lui. Comme si à débrancher mon cerveau, je parvenais à faire comme si ces six derniers mois n'avaient pas existé.

Il piocha une question : une célébrité. Je le fixai d'un œil insistant. Le sachant cinéphile, je m'attendais à ce que la réflexion lui prenne des heuuuuuures à se décider. Mais contre toute attente, ce fut assez bref ! Et ce petit malin vint ouvrir le second papier pioché par inadvertance. Le jaugeant d'un regard suspect, je l'écoutais lire la question. Combien de partenaires. Bien que je n'aurais pas à avoir honte de quoi que ce soit, j'étais "contente" que cette question tombe sur lui. Mais pour qui l'avait-il écrite ? Son côté dragueur et charmeur ne m'échappait guère, mais il était ici question de véritables partenaires, de ceux à qui on avait ouvert les portes de notre quotidien et de notre intimité. Je pouvais déjà affirmer qu'il y avait au moins 1 partout. Mais à part mon ex-fiancé et Leo, de mon côté, c'était un désert presque navrant. Je doutais fort que ce puisse être le cas de Leo. Aussi charmant et élégant, respectueux et intelligent, de sa personnalité comme de son rang, il avait dû écumer bien des conquêtes. J'ignorais quel extrême était le mieux : le néant affectif ou l'abus approchant de l'indécence. En vérité, je crois bien ne pas vouloir obtenir la réponse à cette question sur Leo...

Sauvés par le cuisinier. Je commandai une salade, rafraîchissante et réconfortante. De celles aux couleurs qui ravissent les papilles avant même que le moindre légume ne soit porté aux lèvres. Alors que Leo passait sa commande, je piochai une nouvelle question. La lisant dans ma tête pour ne pas les interrompre. Quel est ton désir le plus inavouable ? C'était là une question pouvant être à la fois sérieuse ou non. Mon sourire se dissipa. Mon désir le plus inavouable impliquait des aveux obtenus par la force, du sang et un patricide. Je n'étais pas persuadée que ça égayerait la soirée... Le cuisinier prit congé alors que je posai le papier sur le côté pour en prendre un autre. À chacun son tour de triche, lui suggérai-je d'un regard. « Comment imagines-tu ta vie dans vingt ans ? » Je souris, prenant quelques secondes pour y réfléchir. « Dans vingt ans je serai sans doute toujours ingénieure dans une boîte quelconque, propriétaire d'un petit pavillon en campagne où j'aurais une immense salle dédiée à toutes mes collections de jeux et consoles, un gentil mari et une plante verte qui s'appelle Monica », répondis-je d'un élan. « A toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
Re: [Leo - Cosima] Au pied du cœur
- #

Revenir en haut Aller en bas
 
[Leo - Cosima] Au pied du cœur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pied et le zizi
» j'ai froid au pied droit.
» osé n°3 (technique de course à pied)
» entraînement course à pied mardi 21,10
» entraînement course à pied mardi 26,08

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Omertà :: Hors jeu : Flood, jeux et archives. :: Les archives :: Les archives des rps-
Sauter vers: