AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  


Partagez | 
 

 Gold digger (Clara)

Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Date d'arrivée : 20/05/2018
Messages : 67

Loyauté : 203
Célébrité : Christian Bale
Crédits : wiise

Ma présentation : Fiche de présa
Ma fiche de liens : Les liens
Mon âge : Quarante deux années d'ambition.
Mon métier : Procureur, crucifieur public.
Côté coeur : Divorcé instable.

Mon image :
Lorenzo Volfoni
« Membre du barreau de Palerme »
Gold digger (Clara)
Jeu 24 Mai - 20:54 - #

Signature apposée juste en bas d’un énième compte rendu. Il est tard. La nuit est tombée depuis une petite heure, au moins, mais Lorenzo ne voit jamais l’heure. Encore moins depuis que son imposante demeure est vidée de la présence de son épouse, qui était, quelque part, son excuse pour partir plus tôt. Aujourd’hui, le chevalier de la justice peut se concentrer pleinement à son œuvre, à sa vocation. Fier d’ambition et de réussite. Plus personne pour lui reprocher ses journées interminables et la passion l’habitant dans chaque affaire. Dévoué à sa cause et à ses idéaux. Un peu trop, pour beaucoup, qui le juge bien trop fanatique. Telle une religion, la loi est son dogme et convertir toutes les âmes perverties, est un besoin viscéral. Ce besoin même qui créé dans certaines de ses équipes, une méfiance comme un jugement sur sa personne, rapide et sans équivoque. Beaucoup le considère comme fou, à sa manière, lorsque d’autres ne comprennent simplement pas son dévouement. Lui le vit très bien et son assistante l’encourage à embrasser sa vocation pleinement. Là ou la précédente freinait les ardeurs de celui capable de vite s’emporter, dans un désir violent de servir la justice et d’emprisonner un criminel, elle, ne lui oppose aucune barrière, pas même celle de la raison.

« C’est terminé ? » Demande Isabella, se dessinant sur le seuil de la porte, alors que Lorenzo, penché en arrière dans son fauteuil, fixe un instant le plafond, songeur. Il se redresse et pose son regard sur elle. « Oui, tu peux tout récupérer, merci » Répond t-il sur un ton neutre. « J’en ai terminé pour aujourd’hui » Conclut-il ensuite en se relevant de son siège en cuir, récupérant sa veste de costume anthracite, y ayant été étendue en début de journée. Puisque lorsque Lorenzo doit se battre avec la paperasse, sa veste ne fait jamais long feu sur ses épaules, comme une sorte de rituel. Isabelle s’approche, récupérant les papiers et gratifiant son hiérarchique d’un sourire. « Bonne soirée procureur Volfoni » Avant de quitter le bureau, faisant résonner ses pas, juchée sur des talons haut, sur le sol en moquette de l'étage. « Bonne soirée à toi aussi » Renchérit-il alors que la jeune femme quitte son bureau et qu’il récupère ses effets personnels, son téléphone et son portefeuille, glissant ses clés dans la poche intérieure de sa veste de costume.  Il récupère ensuite sa serviette en cuir, tout aussi élégante que son costume, avant de gagner l’ascenseur pour rejoindre le parking souterrain et son véhicule. Pourtant, une fois parvenu au niveau de ce dernier, déposant sa serviette sur la banquette arrière, d’un geste nonchalant, un soupir las lui échappe. Une énième affaire classée sans suite, une énième condamnation qui lui passe sous le nez et l’évidente frustration cachée derrière son apparence impeccable et sa mine placide. « Et merde » Murmure t-il dans sa barbe, bien taillée au passage, alors qu’il referme la portière de sa voiture pour rejoindre l’extérieur du bâtiment et plus largement, une rue plutôt fréquentée, où, non loin des bureaux, s’alignent plusieurs bars de bon standing.

Lorenzo n’est pas homme à boire régulièrement, à vrai dire, l’alcool est même assez rare chez lui, au delà d’un verre de vin pendant un repas. La plupart du temps, il aime avoir les idées claires et sait pertinemment que l’alcool altère le jugement. Pourtant, ce soir, le dépit est trop grand face à ses dernières affaires dont il a dû boucler les rapports. Il ressent le besoin, plus que jamais, de s’évader autour d’un verre, ou deux. Tout en restant raisonnable. Lorenzo est un homme raisonnable, du moins en apparence, car lorsqu’il se perd en excès, en déviance, il ne fait pas les choses à moitié, pouvant rapidement être méconnaissable.
Rejoignant le comptoir, il y prend place rapidement, sans même prendre garde aux personnes déjà présente. Commandant un gin tonic, sa boisson alcoolisée favorite lorsqu’il s’octroie un petit interlude de sa vie sans alcool, ou presque, préférant rester tranquille, il tourne enfin le visage vers sa voisine de droite. La découverte de l’identité de la jeune femme est une douche froide alors que le visage du procureur se durcit. « Tiens tiens, mademoiselle Basinio, quel déplaisir » Dit-il acerbe. Oui car Lorenzo ne mâche jamais ses mots, ne cache jamais ses intentions. C’est probablement ce qui lui vaut d’être détesté par de nombreuses personnes. Ça et son intransigeance. « Joli bracelet, vous l’avez volé à un mort ? Peut être madame Galardo en début de semaine, il me semble qu’elle avait un gout prononcé pour les diamants » Et cette fois-ci, c’est un sourire mauvais, teinté de tout son talent pour les sarcasmes, qui s’étire sur son visage. « D’ailleurs vous attendez son veuf, peut être ? » Ose t-il impliciter sans aucun tact, provocation gratuite, alors que pourtant, deux sièges libres trônent entre eux, comme une distance de sécurité. Pour le moment.

_________________
They say war is inevitable, and it's true. But oh, I'll win, be aware of that. I'll win and they'll all be lying down at my feet. I'm the moderne Cesar. Yeah, this will be a masterpiece.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 08/05/2018
Messages : 82

Loyauté : 173
Célébrité : Camille Rowe
Crédits : Moi même.

Ma présentation : par ici
Ma fiche de liens : par ici
Mon âge : 26 ans.
Mon métier : Nettoyeuse de scènes de crimes, taxidermiste et écrivaine de faire-part de décès. Tu vois le lien?
Côté coeur : Seule mais trop souvent accompagnée.

Mon image : Oui
Clara Basinio
« Citoyen de Palerme »
Re: Gold digger (Clara)
Ven 25 Mai - 22:08 - #


Gold digger
Clara
feat.
Lorenzo


 

 



 

 

GET
ME
A DRINK

Une journée banale. Le soleil à la recherche de sa peau claire l'avait délicatement réveillé, ce à quoi elle répondit par un grognement. Encore une fois, elle avait oubliée de fermer les volets avant de se coucher. Sans doute était-elle rentrée trop tard, après avoir finalement réussi à oublier jusqu'à son nom. Foutue appellation. Alors de ses draps blancs elle s'était tirée, à regret. En même temps, dès que ses yeux s'ouvraient sur le monde, il fallait attendre un moment pour qu'ils se referment. Trop d'énergie, d'envie et de vie. En vue aujourd'hui : s'occuper du chat de madame Dellafor pour en faire un objet de décoration soigné. Faire les yeux doux au logeur pour pouvoir rendre le loyer un peu plus tard. S'incruster à l'enterrement d'un certain Pablo ce midi, en plus Clara savait de source sûre qu'elle aurait l'occasion de voler un nombre astronomique de petits fours. Plus la personne était regrettée, plus les organisateurs achetaient de nourriture qu'aucun invité ne mangeait, le cœur serré. Définitivement son type de mort préféré. Il suffisait que le décédé fut été un sale type pour qu'ils ne servent que de la vieille soupe... N'importe quoi. Les gens étaient terriblement radins, aberrant.

D'ailleurs, toute de noir vêtue elle ne s'était point fait prendre, bien entendu. Mimant d'essuyer des larmes imaginaires du bout d'un mouchoir brodé, elle avait même offert ses condoléances à l'ex-mariée. Devenir veuve semblait si simple, un accident de voiture et le tour était joué. De quoi lui donner des idées. Surtout qu'après avoir obtenu le délai souhaité, il était difficile pour elle de se retenir de sourire. Quand le rictus revenait de façon inconsciente, elle tâchait de corriger au plus vite cette petite erreur. Clara ne se vantait pas d'être une excellente actrice de toute manière, ses meilleurs talents étaient concentrée dans le côté manipulatrice. Son sac bien bourré de délicieux mets, elle avait donc pu se retirer et rentrer chez elle pour tout foutre au frais. De quoi subvenir à ses besoins alimentaires pour un bon bout de temps, à moins que Nino revienne jouer à la bouche affamé. Après avoir terminé cette tâche, il ne lui reste plus qu'à se détendre... Ou pas. Pas le genre de Clara. Enfilant une veste, il ne lui reste plus qu'à dépenser l'argent qu'elle vient à peine d’économiser... en quoi cette fois-ci ? Elle n'avait jamais besoin de grand-chose, sauf de tout ce qu'elle n'avait pas. Trop dépensière. Sans doute était-ce à cause d'elle que les stéréotypes collaient à la peau des femmes. Mais quelle femme.

C'est ainsi la blonde se retrouva dans un de ses bars de prédilection, quelques heures plus tard. Avec quelques acquisitions notables, cela va sans dire : l'un de ses trucs qui gigotent quand on l'accroche en dessous du pare brise, en forme de Rhinocéros en tutu -même si elle n'a pas de voiture. Une nouvelle petite robe noire découverte dans une petite friperie, où son œil expert décèle toujours la fringue de marque au milieu des haillons. Ce dont elle n'hésitera pas à se vanter d'ailleurs, si des yeux curieux se posent sur l'un de ses trois sacs. Le dernier contient une rare trouvaille : un pot en verre fin, où se trouve en son centre l'immense cadavre d'araignée. De quoi faire fuir un lourdeau qui voudrait la draguer. Tiens..  
 
«Tiens tiens, mademoiselle Basinio, quel déplaisir.»

Son visage se tourne vers la voix qui même sans en connaître le possesseur, lui donne cette impression de pur dérangement. Et voilà maintenant que la sale tête d'un agaçant procureur entre dans son champs de vision. Voici donc le commanditaire du gin tonic, aussi cliché que lui. Au moins. Un sourire hypocrite apparaît sur les lèvres fines de la demoiselle, alors qu'elle lève son verre. Du whisky s'agite, avant qu'elle ne le repose sur le comptoir. Le voilà son gros lourd journalier. Même si celui ci promettait plus de rebondissements et de réparties. Malheureusement.

«Partagé Lorenzo, partagé.»

Utilisation fort non poli du prénom, sans doute pour signifier un respect inexistant. Sa personne la révulse, avec ses petites manières et ses grands airs. Un de ces hommes puissants qui pètent plus haut que leur cul, comme toujours. Même si elle reconnaît apprécié sa franchise, bien la seule chose dont le garçon peut se vanter. Au moins, on est fixé.

«Joli bracelet, vous l’avez volé à un mort? Peut être madame Galardo en début de semaine, il me semble qu’elle avait un goût prononcé pour les diamants.»

On aurait pu dire que son faciès s'éclairait d'un effort des zygomatiques, mais c'est plutôt le contraire. Assombrissement. Qu'elle contraste à son tour elle en élevant sa veste. Ne fait-il pas un peu plus chaud? Se dévoile alors un chemisier d'une classe ultime laissant voir ses épaules. C'est d'ailleurs une combinaison qui forme autant son pantalon droit... Faut dire que pour Pablo, elle avait fait un peu d'effort en se maquillant élégamment. Ses doigts fins touchent son poignet, afin de faire tournoyer le fameux objet.

«Que ce serait ingrat de ma part... Et illégal de surcroît.»

Est ce l'alcool qui lui donne goût aux rimes ou l'envie de faire perdre de sa belle à son adversaire?  

«D’ailleurs vous attendez son veuf, peut être?»

Un rire subtil lui répond, sortant doucement de sa gorge. Qu'on la retienne de lui balancer son verre, à ce phacochère. Clara le fixe d'un regard hostile malgré le mouvement gentil de ses lèvres, et son ton mielleux.

«Vous savez malgré l'attrait d'un gros compte en banque j'essaye d'associer différents critères. Beauté, jeunesse et richesse. Ceux qui comme vous et Monsieur Galardo n'en réunissent qu'un, sont bien heureusement loin de ma ligne de mire.»

Une gorgée de sa boisson lui permet de continuer sans le laisser l'interrompre.

«Que nous vaut l'honneur de votre présence ici? Vous avez encore raté une affaire et souhaitez noyer votre peine dans un mignon petit gin?»

Oui, une journée banale. Difficile de croire que même cet enfoiré saura la sortir de sa routine bancale.
©️ Gasmask



_________________

 
Who is that behind the mask?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Date d'arrivée : 20/05/2018
Messages : 67

Loyauté : 203
Célébrité : Christian Bale
Crédits : wiise

Ma présentation : Fiche de présa
Ma fiche de liens : Les liens
Mon âge : Quarante deux années d'ambition.
Mon métier : Procureur, crucifieur public.
Côté coeur : Divorcé instable.

Mon image :
Lorenzo Volfoni
« Membre du barreau de Palerme »
Re: Gold digger (Clara)
Dim 27 Mai - 12:11 - #

Evidemment que Clara rentre dans son jeu. Lorenzo n’est pourtant pas un homme foncièrement hostile ou agressif gratuitement, mais certaines personnes le poussent à se montrer désagréable, voir provoquant. Surtout lorsqu’il les soupçonne de quelques horreurs diverses, voir illégales. C’est exactement ce qu’il se passe avec Clara Basinio. Sans avoir de preuves tangibles, les soupçons qu’il a sur elle grandissent de jour en jour et qu’il compte bien, à un moment ou à un autre, lui faire payer son arrogance, s’il découvre que ses suspicions sont fondées. En attendant, il ne peut s’empêcher de chercher la joute verbale, par pure provocation. Peut être dans l’espoir, inconscient, qu’elle commette un impair en lui lâchant une information la discrébilisant.

Son prénom est employé par la jeune femme qui chercher certainement à faire tomber la barrière officielle pour lui faire comprendre qu’il ne lui fait pas peur. Il a bien compris qu’elle ne serait jamais du genre à plier l’échine devant lui, à avouer ses fautes et espérer le pardon de ses pêchés. Finalement, c’est peut-être aussi ça qui plait au procureur. Cette chasse aux sorcières, jusque dans ses propres rangs, bien que Clara ne soit pas directement sous ses ordres, ce qui l’a frustré plus d’un homme. Et un Lorenzo frustré peut rapidement devenir désagréable. Ce qui est dommage, dans le fond, car les deux protagonistes se seraient certainement bien entendu, semblant partager quelques goûts communs, au delà d’une antipathie l’un pour l’autre, affichée.

Les premières piques sont acerbes, parce que Lorenzo, bien que subtil et éloquent, ne daigne pas faire dans la demi mesure ce soir, face à cette jeune femme. Ses soupçons concernant une façon de faire qui lui déplait au plus haut point le pousse à se montrer moqueur, voir agressif, tout ça pour tenter de la faire flancher. Dominateur malsain, sans s’en rendre compte. Mais rapidement, Clara répond sur le même ton, ce lui qui arrache un sourire en coin. « Oh pour sur » Lâche t-il en guise de réponse lorsqu’elle avoue que la chose serait ingrate et illégale. C’est bien dans ce genre d’aveu que Lorenzo veut la pousser. Confessions qui causeront sa perte, si elle a osé se jouer de lui sous ses yeux. Pourtant, il ne s’arrête pas là et elle non plus. Là où les brèves piques pourraient s’arrêter après un bref échange froid et acéré, les deux accoudés au bar ne semble pas décider à se calmer et les paroles de la jeune femme ne font que renforcer l’envie de Lorenzo de se jeter dans cette conversation qu’il a lui même commencée. « Un seul, vous croyez ? » Demande-t-il, question presque rhétorique, alors qu’un sourire étire ses lèvres. « Et lequel, puis-je savoir ? Bien que je trouve que vous me sous-estimez » Renchérit-il rapidement, sur un ton suffisant. Bien qu’il ne réponde pas de la sorte par pur orgueil masculin, il ne peut s’empêcher de la titiller un peu plus. Il n’est guère conscient de son succès, au delà de sa facilité à capturer une aventure d’un soir, lorsque le cœur lui en dit. À vrai dire, sa vie personnelle n’est pas une chose à laquelle il accorde beaucoup de crédibilité et d’importance, simplement parce qu’elle est devenue fade, et sans intérêt quelconque.

« Je ne suis pas aussi mauvais que vous le pensez, je ne montre simplement pas toutes mes cartes d’un coup » Dit-il, fier comme un coq. « La perspective de me détendre, simplement. Aussi difficile à croire cela puisse être, je ne suis pas qu’un robot » Léger sourire en coin. « Je n’ai rien à me reprocher. Les succès triomphants arriveront en temps et en heure » Même si la vérité est que oui, les dossiers sans suite s’accumulent et la frustration grandit avec eux. Mais avouer l’échec face à Clara lui semble une perspective simplement impossible. Inenvisageable. « Et vous ? Si ce n’est pas pour retrouver un veuf ou milliardaire quelconque à qui pomper toute sa fortune, que faites vous ici ? Je doute fortement que vous soyez le genre de personne à vous détendre innocemment dans cette tenue. Je tends à croire que chacune de vos apparitions est soigneusement calculée » Dit-il, le regard bourré de soupçons, un brin de fascination aussi. Clara est une énigme qu’il veut absolument résoudre. Voir faire tomber, si effectivement, elle trempe dans le genre d’affaire louche qu’il soupçonne.

_________________
They say war is inevitable, and it's true. But oh, I'll win, be aware of that. I'll win and they'll all be lying down at my feet. I'm the moderne Cesar. Yeah, this will be a masterpiece.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
Re: Gold digger (Clara)
- #

Revenir en haut Aller en bas
 
Gold digger (Clara)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau PTP : Gold-PTP
» sorti des prochain gold
» YU-GI-OH! JCC - Gold série 4 (22/06)
» Booster Yu-Gi-Oh! - Collection Gold
» YU-GI-OH! JCC - Collection Gold 5 (07/06)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Omertà :: Benvenuto a Palermo. :: Le centre ville-
Sauter vers: